30/10/2016

JO WEDIN & JEAN FELZINE

JO WEDIN & JEAN FELZINE

(French Pop)


BOOKING

Contact : Laurine Bocq / booking@velvetcoliseum.com


www.jowedinetjeanfelzine.fr






Après la sortie de leur premier album “Pique Nique” et plus de 100 concerts un peu partout en France (Francofolies de la Rochelle, Europavox, Chantier des Francos, Bars en Trans…) dont les premières parties de Catherine Ringer, Nada Surf, Christophe, Radio Elvis, Clara Luciani, Feu ! Chatterton…; Jo Wedin & Jean Felzine, reviennent plus percutants, acides et discoïdes que jamais avec leur nouvel album “Jo & Jean”.


Si le premier album de Jo Wedin et Jean Felzine, Pique-Nique, remonte déjà à 2017, le retour de Mustang n’a pas mis en sourdine le duo que leur leader Jean Felzine forme avec Jo Wedin, songwriteuse suédoise distillant en solo des singles R’N’B où sa voix gracieuse fait des merveilles.

Sur ce nouvel album conjugal, les tentations bubblegum ou yéyé du précédent opus ont désormais totalement disparu, pour laisser la place à ce qui, de leur aveu-même, les « met d’accord » (eux qui le sont rarement) : une soul pop classe affaires en ligne directe avec les années soixante-dix américaines (on pense à Minnie Riperton, à Shuggie Otis, à Carole King, mais aussi à Blondie) portée par l’alternance ou le mélange caractéristique de leurs deux voix.

Mélodies quatre étoiles, pianos lustrés, rythmiques funky, percussions (bongos, cabasas, vibraphone), guitares passées au phaser et cordes synthétiques, Jo & Jean est un bouillon racé, réalisé dans les règles de l’art (c’est à dire en quasi-live) par les experts en groove Adrien Durand (Bon Voyage Organisation) et Louis Sommer (Venice), avec le concours de musiciens de choix (Maxime Daoud à la basse, Cyprien Jacquet à la batterie).

On l’avait entendu avec « Jamais envie de » (irrésistible disco en forme de requiem à la libido masculine, disponible depuis un an), nos deux partenaires en songwriting ont des choses originales à dire sur le couple à l’ère du metoo ; mais désormais, sous l’impulsion de la polyglotte Jo Wedin, ils le font en plusieurs langues, parfois au sein d’une même chanson. Suédois/français (l’imprononçable et pourtant imparable « Jag Vill Inte Höra », où nos deux chanteurs rejouent la guerre des sexes) ; anglais/français (la complainte gospel « Aux étoiles en feu ») ; anglais/anglais (le très Diana Ross « Slavery », le soulissime mea culpa de Jo « Still My Man »), et même du français traduit de l’allemand (une reprise très à propos de Kraftwerk, « Sexe Objet »), c’est un vrai Erasmusic-hall qui, heureusement, n’a rien d’un film de Cédric Klapisch.

Car entre fatalisme (« Femme de l’année ») et érotisme (« Éternel retour »), le couple écrit bien des histoires d’adultes, d’ailleurs plus ou moins consentants… « (Tu as) Gaché ma vie », terrible scène de ménage éclairée au néon cru (« Tu n’as pas de couilles/tu as toujours eu la trouille/de réussir ta vie ») vient rappeler que sous les paillettes, le drame n’est jamais loin. On laisse les tourtereaux sur une note inquiète : « Quand le Mal vous quitte »… Le disque de Jo & Jean lui, taillé à la fois pour les nuits moites et les matins froissés, pourrait bien ne plus vous quitter.

Jo Wedin & Jean Felzine